HYPERTHYROÏDIE

ENDOCRINOLOGIE

L’hyperthyroïdie féline

L’hyperthyroïdie est une dysendocrinie ( dérèglement hormonal ) touchant la glande thyroïde, localisée au niveau du cou. Elle se manifestant par une augmentation de la production des hormones thyroïdiennes. C’est une maladie fréquente chez le chat âgé.

Dans la majorité des cas (98 %), l’hyperthyroïdie est due à une tumeur bénigne ( adénome bénin de la thyroïde ).  Les tumeurs agressives,  cancéreuses sont plus rares.

 Cette maladie touche principalement les chats âgés ( > 10 ans ).

A l’inverse, on parle d’hypothyroïdie, lorsque la thyroïde ne fonctionne plus correctement. L’hypothyroïdie est rare chez le chat, elle est fréquente chez l’homme et le chien.

Physiologie de la Thyroïde :

Les hormones thyroïdiennes sont très utiles pour l’organisme, elles régulent de nombreux paramètres, et influent sur plusieurs appareils de l’organisme.

  • La production de chaleur : le chat hyperthyroïdien recherche les zones fraîches, l’hypothyroïdien recherche la chaleur.
  • Le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides : Les hormones thyroïdiennes augmentent leur utilisation. L’appétit est augmenté en cas d’hyperthyroïdie. La chat hyperthyroïdien maigrit mais mange bien.
  • Le système nerveux : Les hormones thyroïdiennes accélèrent le tonus général et en particulier cardiaque. L’hyperthyroïdien peut souffrir d’hypertension et de tachycardie. Une insuffisance cardiaque secondaire peut se développer avec le temps, en l’absence de prise en charge.
  • Le système digestif : Les hormones stimulent directement le centre du vomissement dans le cerveau, réduisent la motricité intestinale et l’activité du pancréas exocrine (qui produit les enzymes digestives). Les symptômes digestifs sont fréquents chez le chat hyperthyroïdien.

Les symptômes de l’hyperthyroïdie :

Pour résumé, l’hyperthyroïdie chez le chat entraîne une augmentation de l’appétit mais un amaigrissement, une augmentation de la soif et des troubles digestifs (vomissements voir diarrhées ), une hyperactivité, de l’agitation. Des symptômes cardio-vasculaires – Insuffisance cardiaque / AVC accident vasculaire cérébraux – peuvent être les signes prédominants.

Un nodule thyroïdien peut souvent être palpé en consultation. L’auscultation cardiaque révèle aussi souvent une atteinte cardio-vasculaire associée.

Le diagnostic :

Les éléments cliniques orientent le diagnostic qui sera confirmé par un dosage sanguin d’hormone thyroïdienne ( thyroxine – T4 libre ). En consultation,une prise de sang est réalisée, le résultat est obtenue en clinique 10 minutes plus tard. La clinique de la Montagne Verte est équipée d’un analyseur d’endocrinologie.

Il sera aussi nécessaire d’identifier les affections associées : répercussions cardiaque, mesure de la tension artérielle, biochimie sanguine, recherche d’une insuffisance rénale.

Les traitements possibles :

Plusieurs traitements sont possibles. Le traitement médical simple est en général le plus utilisé.

Le traitement est nécessaire car l’évolution est dangereuse , notamment du fait des complications cardio-vasculaires toujours à craindre.

  • Le traitement médical

Nous utilisons des « AntiThyroïdiens «  pour inhiber la synthèse excessive des hormones thyroïdiennes. Sous forme de comprimés ou de liquide à avaler, diverses spécialités existent.

Le traitement est démarré mais doit être ensuite réajusté au bout de 2 à 4 semaines. La dose initiale est souvent diminuée, pour maintenir l’euthyroïdie. Des contrôles réguliers sont ensuite à prévoir, une surveillance de la fonction rénale et cardio-vasculaire est aussi nécessaire.

Ce traitement médical permet de maîtriser la majorité des hyperthyroïdies félines. Dans quelques cas d’autres traitements doivent être envisagé.

  • Traitement diététique

Il existe un aliment diététique spécialement formulé pour les cas d’hyperthyroïdie : Hill’S Y/D ND. La ration alimentaire est carencé en iode, ce qui empêche la production d’hormones thyroïdiennes. Le chat hyperthyroïdien ne doit manger que cet aliment et ne pas sortir chasser, ou manger chez des voisins. Les résultats sont aléatoires, cela ne semble pas le traitement idéal en première intention, même si il semble facile à mettre en place.

  • Traitement par radiothérapie

Ce traitement consiste en l’utilisation d’iode radioactif pour détruire la glande thyroïde. Il ne se pratique que dans des centres spécialisés de radiothérapie, le chat doit être hospitalisé pendant 2 semaines.

 C’est le traitement en théorie idéal, il est par contre onéreux et peu accessible, donc difficile à mettre en œuvre. L’insuffisance rénale, un âge avancé, peuvent être des contre-indications.

  • Traitement chirurgical

Le traitement consiste en l’ablation du nodule thyroïdien. Il est modérément onéreux. Une scintigraphie préalable serait nécessaire idéalement pour bien identifier les zones d’hyperplasie. En effet, dans quelques cas, les 2 lobes de thyroïdes sont touchés, la chirurgie n’est possible que sur un seul lobe, sinon les risques d’hypothyroïdie et surtout d’hypoparathyroïdie, plus graves, sont importants.

 La chirurgie est parfois délicate : la zone du cou est un carrefour vasculaire ( artères carotides, veines jugulaires .. ) et neurologiques ( nerf laryngé récurrent, nerf vague .. ) Des lésions iatrogènes sont possibles.

La chirurgie est intéressantes en cas de suspicion de carcinome thyroïdien – cancer. Elle peut être curative si elle est réalisée à temps. Elle est indiquée en cas d’échecs du traitement médical. Les résultats peuvent être aléatoires, on ne retire en général qu’un lobe thyroïdien sur les deux. Le lobe laissé en place ne doit pas être aussi hyperplasique. Il existe tout de même un risque létal post-chirurgical, en effet les chats hyperthyroïdiens non stabilisés médicalement présentent de l’hypertension et des risques d’arythmies cardiaques ventriculaires. La stabilisation médical préalable est préférable, mais cela n’est pas toujours possible.

……………………..

 L’hyperthyroïdie est une maladie courante chez le chat âgé, bien connue, facilement diagnostiquée. Son traitement est généralement aisé,  facile à mettre en place, et le suivi peu contraignant. Les plus rares cas de Cancer / carcinome de la thyroïde sont eux plus graves et le pronostic peut être sombre à court terme. Heureusement ils restent rares par rapport aux adénomes bénins thyroïdiens.

La prise en charge de cette dysendocrinie a considérablement augmenté l’espérance de vie de nos chats domestiques. Un traitement médical, correctement équilibré avec un suivi régulier, permet d’obtenir de bons résultats.

    Dr Martin DUBOIS    /Clinique Montagne Verte –Strasbourg                               Février 2022