L’OPHTALMOLOGIE VETERINAIRE : Ma Passion

L’ ophtalmologie, une activité importante à la Clinique de la Montagne Verte.

L’ophtalmologie à la CVMV, c’est une passion : pour moi ( Dr M. DUBOIS ) – mais aussi pour ma jeune collègue, la Dr G. CAVALIERE ( la relève est au rendez-vous! ).

Ma Passion pour l’Ophtalmologie Vétérinaire

Tout à commencé à MAISONS-ALFORT …

Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort
ENVAlfort

Jeune étudiant, j’intègre sur concours, après 2 ans de classe « Prépa-Véto », l’ Ecole Nationale Vétérinaire d’ ALFORT, plein d’ambition. Nous sommes dans les années ’80’. Les étudiants démarrent leur formation en  » Clinique » à partir de la 3ième année d’étude. Les  » Cliniques », ce sont des consultations pratiques en médecine et chirurgie : des propriétaires d’animaux se rendent à l’école vétérinaire pour une consultation spécialisée, afin d’avoir l’avis d’un expert, d’un professeur de médecine et de leur équipe pédagogique. En effet, les enseignants de l’école d’Alfort sont des experts reconnus mondialement dans leur discipline. Les étudiants travaillent en binôme, ils s’occupent de déchiffrer les cas cliniques, font les premiers examens, étudie la situation puis présentent leur analyse devant le professeur, qui commente, corrige et redresse la situation : vous imaginez le tableau … c »est souvent épique … Les étudiants se font en général « secouer » gentiment, mais c’est comme ça qu’on apprend et qu’on retient les leçons, non ?

C’est au cours des ses consultations que notre vraie activité de praticien commence, faire face à de vrais cas cliniques, les prendre en charge, du début à la fin, se confronter à la réflexion, aux doutes, aux exigences, à la rigueur.

C’est aussi à ces instants que l’on se trouve des affinités pour telle ou telle matière : Est-on plutôt médecin ou chirurgien ? quelles disciplines ? Imageur ? Urgentistes ? ….

Fin des années « 80 » : le service de médecine d’Alfort décide d’ouvrir une consultation d’Ophtalmologie. Ils font appel à trois praticiens « parisiens  » reconnus et pionniers dans cette discipline : Marc SIMON, Hervé LAFORGE et Jean Pierre JEGOU. On les installe au sous-sol ! du service de médecine – avec un peu de matériel rudimentaire – les praticiens amènent le leur – et les premières consultations d’ophtalmo démarrent. Et j’en suis ! Je suis tout de suite séduit ! Cela m’intéresse particulièrement, cet organe – l’oeil – si particulier, si parfait, accessible directement sous nos yeux. S es anomalies possibles, ses pathologies que l’on peut directement visualiser et traiter localement … Je commence à étudier sérieusement la théorie en ophtalmologie et je choisis d’aller en consultation spécialisée dès que je le peux. Quelques mois plus tard, ces praticiens – enseignants, pionniers de l’ophtalmologie vétérinaire française, réussissent à mettre un place un poste de chirurgie oculaire. Moi qui oscille entre médecine et chirurgie ! Voilà encore un argument pour adorer cette discipline. Je suis devenu vétérinaire, plutôt que médecin, car ( – bien sûr, j’adore les animaux et je vie avec eux depuis ma tendre enfance – ) toutes les disciplines médicales et chirurgicales m’intéressent, Je veux être polyvalent, Multi-spécialiste … Je ne voudrais pas non plus devenir spécialiste exclusif vétérinaire ! Sinon autant l’être en médecine humaine, il y a beaucoup plus de moyens pour travailler correctement. Le métier de vétérinaire m’attire car on doit connaître et pratiquer dans tous les domaines de la médecine. Mais, pour moi, l’ophtalmologie est tout de même une révélation, médecine + chirurgie, micro-chirurgie, c’est ce qui me plaît.

A mon époque ( je suis maintenant de l’ancienne génération ! ), être vétérinaire clinicien polyvalent en médecine et chirurgie est indispensable, mais avoir en plus un domaine de prédilection spécialisé est un atout pour entrer en clinique dans une équipe et apporter des compétences supplémentaires. C’est décidé, l’ophtalmologie ne me quittera plus. Le plus compliqué sera de se former en micro-chirurgie, je comprends que la pratique est indispensable dans cette discipline, la maîtrise des gestes, la minutie, la rigueur. J’adorais observer mon grand père horloger « opérer » des montres et manipuler des instruments minutieusement, avec sa loupe-oculaire fixée sur le front : je retrouve tout cela dans l’ophtalmologie … j’ai donc dans mes « gênes », en tout cas dans mon histoire familiale des compétences pour les microtechniques … Je suis habile de mes doigts et de mes mains : 15 ans de piano ( diplôme de fin d’étude du Conservatoire régional de Musique de Caen ), des heures de travail sur un clavier ont développé ma capacité manuelle, cela aussi va me servir pour ma pratique microchirurgicale. C’est entendu, l’ophtalmologie est faite pour moi. Je vais développer mes connaissances en médecine interne, en imagerie, en cardiologie, en chirurgie générale, en chirurgie orthopédique ( j »adore ) et j’aurai des compétences poussées en ophtalmologie vétérinaire.

Mes stages de formation seront orientés dans ce sens. Jean Pierre JEGOU est mon mentor. C’est le grand spécialiste de l’époque en France. Il travaille seul et tient une consultation exclusive d’ophtalmologie dans Paris. Il assure en parallèle des consultations et enseigne à Maisons Alfort. Tout naturellement, je me tourne vers lui, je suis son activité. Je lui demande ensuite d’être mon maître de thèse, il accepte et me propose de travailler sur un sujet passionnant. Ma thèse de doctorat, finalisée en 1993, sera :  » Les AUTOGREFFES CONJONCTIVALES : Indications dans le traitement chirurgical des ulcères cornéens profonds chez le chien et le chat. »

J’ai démarré ma formation en chirurgie cornéenne à cette époque, et j’effectue toujours aujourd’hui des autogreffes conjonctivales pour « sauver » des yeux de chiens à la limite de la perforation cornéenne, afin de leur permettre de conserver leur oeil intact et un minimum de vision. Je suis fier d’avoir participé à la description et à l’étude de cette technique approuvée qui a permis – et qui continue encore – à sauver les yeux de nombre de nos chiens et chats.

En sortant de l’école, après une année de service dans la Marine nationale, je travaille dans diverses régions françaises, Dom-Tom compris. Je me forge une expérience polyvalente. Au bout de quelques années, je décide de me fixer, avec ma petite famille, à Strasbourg, à la suite d’une proposition d’association. Pour valider mes connaissances et compétences en Ophtalmologie, je m’inscrit à l’Ecole Nationale de Vétérinaire de Toulouse et je passe , le CES – Certificat d’Etude Spécialisé – en Ophtalmologie Vétérinaire. Mon mémoire de CES sera consacré à l’étude comparée des Glaucomes chez l’homme, le chien et le chat. J’effectuerai un stage au service de chirurgie oculaire de l’hôpital civil de Strasbourg pour travailler sur ce sujet. A cette époque, fin des années 1990, le CES est le seul diplôme d’ophtalmologie existant en France ( et en Europe ). Les formations et dipômes spécialisées ( DESV ) seront créées plusieurs années plus tard. Lorsque la spécialisation vétérinaire se met officiellement en place en France, je suis déjà installé à Strasbourg depuis plusieurs années, j’ai mon CES d’ophtalmo et je suis bien occupé par mon activité quotidienne. Recommencer un parcours universitaire, passer des examens pour obtenir une VAE – validation des acquis – et avoir un « vrai » titre de spécialiste en ophtalmologie me semble compliqué. J’estime être déjà trop âgé pour reprendre cette démarche, j’ai mon expérience et mes années de pratique en ophtalmologie et microchirurgie, et c’est cela qui compte le plus à mes yeux pour exercer en toute confiance. Je suis d’ailleurs opposé à ce système, je pense que les « anciens » titulaire du CES et exerçant une activité clinique, aurait dû être plus facilement intégré en tant que spécialiste. Leur demander de justifier de leur connaissances, le remettre sur des bancs d’écoliers pour passer des examens m’apparaissait irrespectueux confraternellement.

Dr DUBOIS examen ophtalmologique au biomicroscope
Dr DUBOIS Consultation d’ophtalmologie

L’important, c’est que pour moi, l’ophtalmologie reste une passion. J’apprécie toujours autant que mes confrères et consoeurs de la région fassent parfois appel à moi pour un cas. Je suis heureux de me retrouver devant mon microscope opératoire régulièrement … Cela égaie mes journées, mais j’aime aussi – et autant – pouvoir intervenir en chirurgie orthopédique – poser des implants métalliques, pour réparer une fracture – comme j’aime diagnostiquer et explorer par échographie une affection cardiaque, pour pouvoir prescrire un traitement adapté. J’aime toujours autant soigner mes amis, les animaux, j’aime toujours autant mon métier. J’en suis fier – j’entends souvent dire  » c’est le plus beau métier du monde  » Oui je vous le confirme ! enfin, c’est comme ça que le voie !

Martin DUBOIS – Docteur en Médecine Vétérinaire -ENVAlfort 1989- CES d’Ophtalmologie vétérinaire.

Praticien et consultant en ophtalmologie vétérinaire. Chirurgie et Microchirurgies des Annexes, de la cornée et du segment antérieur.