Un régime végétarien pour nos Carnivores domestiques ?

Est-ce raisonnable ? Quelles en sont les limites ? Quelles possibilités ?

L’alimentation est importante pour la santé générale, nous l’avons vu dans les articles annexes, notamment sur celui qui traite du rationnement alimentaire et de ses généralités.

Comme pour l’homme, et par analogie, vous êtes nombreux à vous demander si votre chien ou votre chat peuvent aussi être végétariens. Une adaptation du rationnement alimentaire est possible mais il faut respecter certaines règles pour ne pas proposer un régime carencé en nutriments essentiels avec des risques pour la santé de vos animaux. Nous l’avons déjà abordé dans d’autres articles, le chien peut digérer des protéines, des glucides et des graisses d’origine végétales, mais il est toujours nécessaire de maintenir un minimum d’apport d’origine animal. Cela est est encore plus vrai chez le chat qui reste un carnivore stricte, et ne peut être végétarien.

Les protéines, facteur limitant du régime végétarien 

Les protéines végétales sont moins complexes, moins nombreuses et moins digestibles dans un régime végétarien. Nos carnivores domestiques ont un besoin élevé en protéines. Pour le couvrir, il faudrait un volume trop important de nourriture, avec un apport conséquent de glucides et donc un excès énergétique induisant une prise de poids néfaste.

Comparons une ration de tofu avec une ration de viande contenant la même quantité de protéines, la portion de tofu contient 38% de calories en plus !

Les protéines sont composées d’acides aminés, certains sont essentiels, ils ne peuvent être apportés que par l’alimentation. Le chien requiert 10 acides aminés essentiels et le chat, 11. L’humain en a besoin de 8. Dans les protéines végétales, 4 acides aminés sont très peu présents (Lysine, Cystéine, Méthionine et Tryptophane) et la Taurine, qui est essentielle au chat n’existe pas. L ’Arginine n’est pas suffisamment présente dans les végétaux pour le chat et sa carence est mortelle. Nourrir un chien avec uniquement des végétaux va générer des carences difficiles à combler. Chez le chat celles-ci seront rapidement graves et dangereuses. Le chat est un carnivore strict.

Pour un régime végétarien chez le chien, comme pour l’homme, il faudra utiliser des céréales (carencées en Lysine) associées à des légumineuses (carencées en Méthionine) pour équilibrer les apports. Mais pour obtenir l’apport protéique nécessaire, l’apport énergétique va être en excès, ainsi que l’apport en fibres.

Carences en acides gras essentiels avec un régime végétarien 

Les acides gras essentiels doivent être apportés dans la nourriture ( séries des omega 6 et des oméga 3 ). Les végétaux fournissent des précurseurs, mais pour les trouver entier il faut consommer une alimentation animale. Le chien peut utiliser les précurseurs d’origine végétale, mais à très faible rendement, un risque de carence existe alors, surtout en situation de croissance, gestation, lactation ainsi que chez l’animal âgé. Le chat ne peut pas effectuer la synthèse de certains AGE, il doit trouver dans son alimentation de l’acide arachidonique, de la DHA et de l’EPA, inexistant dans le monde végétal. C’est un carnivore strict.

Vitamines, oligo-éléments et régime végétarien

Pour la vitamine A, il existe une forme animale (rétinol) et une forme végétale (ß-carotène). Le chien peut transformer le ß-carotène en rétinol, mais là encore, avec un rendement faible. Le chat ne peut pas, il doit ingérer du rétinol.

Les animaux ne fabriquent pas la vitamine D par la peau, la vitamine D2 végétale est moins efficace que la D3, animale.

Les besoins en vitamines B sont importants (notamment B2 et B6) et ne peuvent être couverts avec des apports végétaux. La vitamine B12 est exclusivement animale. C’est aussi vrai chez l’homme, un apport de B12 ( synthétique ) est nécessaire chez les végétariens. Sa carence entraine une anémie.

Les besoins en calcium sont 3 fois supérieurs chez le chien par rapport à l’homme. Aucune source végétale n’est suffisante, surtout dans certaines situations, croissance, lactation … Le fer animal (fer ferreux) est plus efficace que le fer végétal (fer ferrique).

Conclusion

Les aliments dits végétariens doivent inclure des compléments de synthèse dont le caractère naturel est discutable, si on ne veut pas utiliser de sources animales, et pour obtenir une ration équilibrée sans risques de carences. Attention aux aliments industriels végétariens, ce sont souvent des aliments complémentaires, mais non “COMPLETS”. Ils nécessitent donc un apport complémentaire. La législation française impose aux fabricants de le noter : si l’étiquette ne comprend pas ” ALIMENT COMPLET “, ce n’est alors pas le cas.

L’alimentation végétarienne est impossible chez le chat qui reste un carnivore strict, l’apport de composants d’origine animal est inévitable, au risque d’un grave danger pour sa santé avec une éspérance de vie limitée. Pour le chien, il est difficile d’établir une ration végétarienne équilibrée, cela ne doit être réservée qu’à des adultes non stérilisés de petite taille,sans excès de poids et surtout pas chez les chiots, car les risques de carences protéiques et calciques seraient trop importants.

Votre vétérinaire est diététicien, c’est votre référent en nutrition, demandez-lui conseil.

Rappel : Le fait de ne pas « fournir de la nourriture régulièrement à un animal permettant de vivre en bonne santé » est considéré par la loi comme de la maltraitance animale et puni en conséquence en cas de mise en défaut.